Est-il possible d’avoir l'asile en tant que LGBTIQ ?

Si vous êtes persécuté dans votre pays d'origine en raison de votre orientation sexuelle ou de votre identité sexuelle et que votre vie est en danger ou que vous risquez l'emprisonnement ou un traitement inhumain, vous pouvez bénéficier de la protection en tant que demandeur d'asile ou réfugié. Mais la poursuite doit être très sérieuse. Les insultes et les choses qui s’y apparentent ne suffisent pas. Lors de votre audition au niveau du BAMF, vous devez donc prouver que vous êtes lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre ou intersexuelle et que vous êtes spécifiquement à risque dans votre pays d'origine. Le BAMF tiendra compte de la situation des LGBTIQ dans votre pays au moment de prendre sa décision. Vos chances d'être reconnu comme demandeur d'asile ou réfugié dépendent donc de la situation générale des LGBTIQ dans votre pays d'origine et de votre histoire personnelle concrète de persécution. Il est important de consulter au préalable un avocat ou un conseiller spécialisé en LGBTIQ. Vous trouverez les premiers points de contact sur le site queer-refugees.de. Vous trouverez de plus amples informations sur l'audition dans notre chapitre "Procédure de demande d'asile".

Veuillez remarquer que : Le personnel du BAMF peut poser des questions très personnelles sur votre orientation ou identité sexuelle et votre vie sexuelle pendant l'audience. Cependant, vous pouvez choisir d'être interrogé par une femme ou par un homme. Il y a aussi du personnel spécialement formé pour l'audience des LGBTIQ. Tenez informer le BAMF comment est-ce que vous souhaitez que votre demande d'asile se déroule.

Où puis-je obtenir de l'aide pendant ma procédure d'asile ?

Vous pouvez à tout moment contacter un centre de conseil LGBTIQ. Vous trouverez un centre de conseil près de chez vous sur le site queer-refugees.de et sur le site du VLSP.

Si vous avez des problèmes avec vos colocataires ou le personnel de votre logement, n'hésitez pas à contacter les travailleurs sociaux du logement ou le responsable du foyer pour demander de l'aide. Vous avez le droit de vivre dans votre logement sans crainte. Si les travailleurs sociaux ou la direction du foyer ne vous aident pas ou font partie du problème, contactez un centre de conseil près de chez vous. Sur le site queer-refugees.de et sur le site du VLSP, vous trouverez des centres de conseil près de chez vous. Certaines grandes villes ont leurs propres refuges pour les réfugiés LGBTIQ. Un centre de consultation peut vous indiquer s'il existe de tels logements dans votre région.

Je suis victime de discrimination dans ma commune - puis-je déménager malgré l’obligation de domicile ?

Je suis demandeur d'asile : Au début de votre Procédure de demande d'asile, vous serez assigné à une certaine commune/ville. Tant que vous recevez des allocations de demandeur d'asile du Bureau d'aide sociale (Sozialamt), vous devez en principe rester dans cette commune. C'est ce qu'on appelle une "Wohnsitzauflage". Si vous êtes dans cette situation de "Wohnsitzauflage", un déménagement dans une autre commune ou ville n'est possible que dans des conditions très spécifiques. L’une des possibilités est que votre conjoint ou votre enfant mineur habite dans la municipalité ou ville de votre choix. Ou si, par exemple, on ne peut pas s'attendre à ce que vous restiez à l'endroit qui vous a été assigné en raison des hostilités massives. C'est ce qu'on appelle un "cas difficile". Si vous avez une telle raison de déménager, vous devez présenter une demande dite "demande de redistribution" auprès de l'Office de l'immigration responsable de votre dossier. Sur webgis.bamf.de, vous trouverez l'office compétent. Dans cette demande de redistribution, assurez-vous d'énoncer en termes concrets et détaillés les raisons qui vous empêchent de demeurer dans la municipalité à laquelle vous êtes affecté. La meilleure façon d'y parvenir est d'obtenir l'aide d'un centre de consultation LGBTIQ. Sur le site queer-refugees.de et sur le site du VLSP, vous trouverez des centres de conseil près de chez vous.

J'ai une autorisation provisoire de séjour (Duldung) : Vous êtes soumis aux mêmes règles que les demandeurs d'asile.

J'ai un permis de séjour : Au cours des trois premières années suivant votre reconnaissance, les réfugiés qui reçoivent des aides de l'agence pour l'emploi ou de l'aide sociale doivent généralement rester à l'endroit où ils ont été placés pendant leur procédure d'asile. C'est ce qu'on appelle "Wohnsitzauflage". Si vous êtes dans cette situation de "Wohnsitzauflage", un déménagement dans une autre commune ou ville n'est possible que dans des conditions très spécifiques. L'une des conditions est de commencer un emploi soumis aux cotisations de sécurité sociale avec un salaire net d'au moins 710 €, ou si vous étudiez, ou si votre conjoint ou un enfant mineur vit dans cette autre commune ou ville. Une autre raison serait si, par exemple, vous ne pouvez pas rester à l'endroit qui vous a été assigné en raison des hostilités massives. C'est ce qu'on appelle un "Härtefall" (cas de force majeure). Si vous avez une telle raison de déménager, vous devez présenter une demande dite "demande de redistribution" auprès du Bureau des étrangers responsable de votre dossier. Dans cette demande de redistribution, assurez-vous d'énoncer en termes concrets et détaillés les raisons qui vous empêchent de demeurer dans la municipalité à laquelle vous êtes affecté. La meilleure façon d'y parvenir est d'obtenir l'aide d'un centre de consultation LGBTIQ. Sur le site queer-refugees.de et sur le site du VLSP, vous trouverez des centres de conseil près de chez vous.