Santé mentale

Das Bild zeigt eine Psychologin, die mit ihrer Patientin spricht.
Mettre à jour 26.10.2022

Où trouver un soutien psychosocial ?

Beaucoup d'entre nous ont vécu des situations éprouvantes ou vivent actuellement le stress, la peur, la violence ou l'impuissance. Que ce soit dans notre pays d'origine, lors de notre fuite ou ici en Allemagne. Faire face à ces expériences et à ces sentiments n'est facile pour personne. Il est tout à fait normal de se sentir épuisé, tendu ou de ne pas se sentir soi-même. Mais il est important de bien prendre soin de nous-mêmes. Et de chercher de l'aide, si nécessaire, pour surmonter nos épreuves et nos éventuels traumatismes.

Découvrez ici où vous pouvez obtenir un soutien psychosocial pour vous-même ou pour les autres.

Que dois-je savoir ?

Je ne me sens pas bien. Qui peut m'aider ?

Il est tout à fait normal de chercher de l'aide quand on ne sent pas bien après une mauvaise expérience ou à cause de stresses liés à des problèmes récurrents. Vous pouvez obtenir du soutien en ligne ou par téléphone dans de nombreuses langues.

  • Chez ipso-care, vous pouvez vous faire conseiller en ligne, de façon anonyme et gratuite par des conseillers expérimentés. Les employés parlent le français, l'allemand, l'anglais, le turc, le russe, l'ukrainien, le somali, l'italien, le farsi, le dari, l'arabe, le tigrinja, le pachto et le birman. Les consultations sont gratuites.
  • Si vous avez besoin d'une aide d’urgence, vous pouvez vous adresser en allemand à l'assistance téléphonique ouTelefonSeelsorge au 0800 / 111 0 111.  Vous pouvez joindre l'assistance téléphonique musulman ou Muslimische Seelsorgetelefonen arabe, turc et ourdou au 030 44 35 09 821. Et vous pouvez joindre le service d'assistance téléphonique en russe au +49 30 44 03 08 454. Les employés de ces trois lignes téléphoniques sont joignables 24 heures sur 24. Les conseils sont gratuits. Vous pouvez également vous adresser à une clinique disposant d'un service psychiatrique. Sur psychenet.de, vous trouverez une clinique avec un service d'urgences psychiatriques près de chez vous.
  • Sur almhar.org, vous trouverez également une application contenant des conseils en matière de santé mentale. L'application offre un soutien pour les problèmes de santé mentale les plus courants et vous donne les premiers conseils sur la manière de gérer votre problème. L'application est disponible en anglais, en arabe et en farsi.
  • Refugee-trauma.help informe en arabe, allemand, anglais, farsi, espagnol, tigrinya et ukrainien sur la manière de gérer les traumatismes. Vous apprendrez ce qu'est un traumatisme et comment le corps peut réagir à un traumatisme. Vous trouverez également sur le site des conseils et des exercices spécifiques pour traiter les traumatismes.
  • Les "groupes d'entraide" sont également utiles pour de nombreuses personnes. Dans un groupe d'entraide, vous rencontrez d'autres personnes qui ont vécu des expériences similaires. Le groupe est dirigé par un thérapeute. Sur nakos.de, vous pouvez chercher en allemand un groupe d'entraide près de chez vous. Il existe également des groupes dans d'autres langues.
J'ai juste besoin de quelqu'un à qui parler. Vers qui vais-je me tourner ?

Si vous avez juste besoin de parler à quelqu'un, vous pouvez parler de vos soucis avec les employés de virtualsupporttalks.de. Ces employés bénévoles vous écouteront. Ils parlent allemand, anglais, ukrainien et russe. Vous pouvez les contacter par e-mail. Ces employés vous rappelleront ensuite dans les 24 heures. L'offre est gratuite.

Vous pouvez également vous adresser à l'assistance téléphonique (Telefonseelsorge). Vous pouvez joindre l'assistance téléphonique musulman ou „Muslimische Seelsorgetelefon“ 24 heures sur 24 au 030 / 44 35 09 821. Les employés parlent le turc, l'arabe et l'ourdou. Sur le 030 / 44 03 08 454, vous pouvez joindre 24 heures sur 24 les employés de "Telefon Doweria" en russe. L'entretien est gratuit mais l'appel peut être payant. Vous pouvez joindre les employés du service d'assistance téléphonique en langue allemande 24 heures sur 24 au 0800 / 111 0 111 ou sur telefonseelsorge.de. Les employés parlent allemand. L'entretien et l'appel sont gratuits.

Je voudrais aider quelqu'un d'autre qui ne va pas bien. À quoi dois-je faire attention ?

En principe, chacun peut aider en écoutant et en participant. Il est toutefois préférable de s'informer au préalable.

  • Sur le site de l'OIM, vous trouverez un "Guide de premiers secours psychologiques" en allemand, anglais, ukrainien et russe. Vous y trouverez notamment des conseils importants sur la manière d'aborder correctement les personnes traumatisées et des astuces sur le langage corporel approprié.
  • Sur mhfa-ersthelfer.de, vous trouverez en allemand, anglais, russe et ukrainien 20 conseils pour les personnes qui s'occupent de personnes ayant fui leur pays. Même si vous êtes vous-même réfugié, ces informations peuvent vous aider dans vos relations avec les autres.
  • Sur le site web de Refugio München, vous trouverez des informations en allemand sur la meilleure façon d'aider tout en prenant suffisamment soin de vous.
  • Sur le site du " Groupe de travail fédéral pour les centres psychosociaux pour les réfugiés et les victimes de la torture ", vous trouverez un guide pratique complet en allemand sur la manière de traiter correctement les personnes traumatisées.
  • Vous pouvez également participer aux événements du projet "Razom - United at Ipso". Sur ipsocontext.org, vous pouvez vous inscrire à différents webinaires. Ces webinaires portent notamment sur les soins personnels et la gestion des traumatismes et de leurs conséquences.
Qu'est-ce qu'un traumatisme ?

Un traumatisme est une blessure psychique ou mentale. Tout comme notre corps, notre psychisme peut être blessé par certains événements. Les événements typiques pouvant entraîner un traumatisme sont par exemple les crimes violents, les catastrophes naturelles, la guerre, la fuite, la torture, la violence physique ou psychique, la violence sexuelle, les accidents graves de la route, les menaces de violence, la mort d'un être cher et les maladies graves.

Pour la personne concernée, l'événement est très éprouvant, elle ressent un surmenage, de la peur et de l'impuissance. Ces réactions et sentiments peuvent également durer plus longtemps. Cela peut entraîner de l'agitation, des troubles du sommeil, des tremblements, de la transpiration, des nausées, des vertiges, des difficultés à respirer, des problèmes de concentration, des sentiments de culpabilité, d'abattement, de colère, de peur, etc. Beaucoup de personnes qui ont vécu des choses graves ne peuvent pas s'empêcher d'y penser. Il est également normal que des parties du souvenir de ce qui a été vécu manquent ou que certains détails soient rappelés de manière trop claire.

Combien de temps dure un traumatisme ?

Souvent, les réactions désagréables s'atténuent au bout de quelques heures ou de quelques jours. Cela se produit surtout lorsque la situation traumatique n'a duré que peu de temps et que la personne peut bien assimiler l'événement traumatique.

Si la personne ne parvient pas à surmonter la situation traumatique et ne reçoit pas de soutien extérieur, un traumatisme peut toutefois entraîner des maladies psychiques telles que l'état de stress post-traumatique, la dépression, les troubles de la dépendance, les troubles anxieux, etc. Seuls les médecins peuvent déterminer de manière fiable si vous souffrez d'un trouble de stress post-traumatique. Il existe toutefois quelques indices qui le laissent supposer. Sur psychenet.de, vous pouvez faire un bref autotest en allemand.

Si vous continuez à souffrir des conséquences longtemps après la situation traumatique, un traitement par un psychiatre est recommandé. La plupart des thérapies peuvent se faire en ambulatoire, c'est-à-dire que vous pouvez continuer à vivre chez vous et avoir un rendez-vous 1 à 2 fois par semaine dans un cabinet. Pour en savoir plus, consultez les sections "Quelles sont les thérapies disponibles ?" et "Comment trouver une thérapie adaptée".

Comment reconnaître un traumatisme chez un enfant et comment l‘aider ?

Lorsqu'un enfant a vécu une situation stressante et qu'il ne l'a pas digérée, certains des symptômes suivants se manifestent généralement encore des semaines après l'événement :

  • L'enfant a peur d'être séparé de ses parents ou d'être seul.
  • L'enfant crie ou tremble sans raison apparente.
  • L'enfant n'est souvent pas réceptif.
  • L'enfant ne se développe pas conformément à son âge.
  • L'enfant est très anxieux.
  • L'enfant évite les autres enfants.
  • L'enfant semble souvent triste ou abattu.
  • L'enfant est très peureux.
  • L'enfant est très agité.
  • L'enfant est souvent agressif.

Le plus important est désormais d'apporter de la sécurité à votre enfant. Le déroulement de la journée doit être gérable et clairement structuré. Les rituels y contribuent. Vous et les autres membres de la famille ou les amis proches devriez passer du temps avec l'enfant aussi souvent que possible. Évitez les situations qui pourraient être une source de stress supplémentaire pour l'enfant.

Veuillez noter que : si l'enfant présente un grand nombre des symptômes susmentionnés pendant une période prolongée, il a besoin d'une aide professionnelle. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans la section "Comment trouver une thérapie adaptée ?

Quelles sont les thérapies disponibles ?

Il existe une multitude de thérapies pour les personnes souffrant de traumatismes. Toutes les thérapies ont en commun le fait que les personnes concernées doivent se confronter aux événements traumatiques pour les assimiler. En cas de trouble de stress post-traumatique, on utilise généralement l'une des méthodes thérapeutiques suivantes :

  • Thérapie PE (Prolonged Exposure Therapy) : Dans cette forme de thérapie, les personnes concernées repensent à l'événement traumatique pendant l'heure de thérapie. Elles revivent le traumatisme une nouvelle fois. La séance de thérapie est enregistrée sur une bande sonore que les personnes concernées doivent écouter quotidiennement chez elles. Cela permet de réduire les réactions émotionnelles et les symptômes psychiques.
  • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Dans cette thérapie, il s'agit en premier lieu de traiter ce que l'on appelle les "erreurs de pensée". De nombreuses personnes concernées s'accusent elles-mêmes de ce qu'elles ont vécu ou en ont honte. Dans la TCC, les personnes concernées écrivent ce qu'elles ont vécu. L'objectif de la thérapie est de modifier les évaluations personnelles de ce qui a été vécu.
  • Thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) : Lors de la thérapie EMDR, la personne concernée effectue des mouvements oculaires saccadés sous la direction d'un professionnel, tout en repensant à la situation traumatisante. Cela aide à traiter l'expérience vécue.
  • La thérapie NET (Narrative Exposure Therapy) : Ici, la personne concernée raconte toute l'histoire de sa vie, en discutant de manière particulièrement détaillée des traumatismes vécus. De cette manière, les événements traumatiques doivent être mieux classés et traités.
  • BEPP (Brief Eclectic Psychotherapy for PTSD) : BEPP est une forme de thérapie très variée qui combine différents éléments. Les personnes concernées se penchent sur ce qu'elles ont vécu à l'aide d'entretiens, de tâches d'écriture et autres.

De plus, des approches créatives telles que l'art-thérapie, la musicothérapie, la thérapie par le mouvement, l'ergothérapie ou les techniques de relaxation (par ex. le yoga) sont souvent intégrées dans la thérapie.

En accompagnement de ces formes de thérapie et d'autres, les médecins peuvent également prescrire des médicaments tels que des antidépresseurs, etc.

En outre, les personnes concernées reçoivent également un soutien au quotidien pendant la thérapie, par exemple pour l'intégration professionnelle ou les problèmes au sein de la famille.

Comment trouver une thérapie adaptée ?

Il existe une multitude de thérapeutes et de formes de thérapie différentes. Parlez-en d'abord à votre médecin de famille. Vous pouvez y demander de l'aide pour trouver la bonne thérapie.

Sur psych-info.de, vous pouvez rechercher des thérapeutes pour adultes, enfants et adolescents dans votre langue et près de chez vous. En outre, vous pouvez filtrer selon de plusieurs autres choses, par exemple le type de thérapie ou si les coûts peuvent être pris en charge par l'assurance maladie. La recherche ne fonctionne qu'en allemand. Si vous n'y trouvez pas de résultats pour votre État, vous pouvez le rechercher sur bptk.de. Dès que vous cliquez sur votre État, vous êtes redirigé vers une page où vous pouvez poursuivre la recherche de thérapeutes.

Vous pouvez également vous faire aider en allemand par les employés de psychotherapiesuche.de en appelant le 030 / 2 09 16 63 30. Il vous suffit de leur dire où vous habitez et quels sont vos souhaits en matière de thérapie. Les employés vous aideront alors à trouver la thérapie adéquate dans votre région et dans votre langue. La consultation est gratuite.

Pour de nombreuses personnes, il est plus agréable de suivre une thérapie dans leur langue maternelle. Si vous ne trouvez pas de thérapeutes dans votre langue, vous pouvez également demander l'aide d'interprètes. Si vous ne gagnez pas d'argent vous-même, les services sociaux ou “Jobcenter“ peuvent prendre en charge les frais d'interprètes. Pour cela, vous devez faire une demande. Demandez conseil à un service de conseil. Vous trouverez des conseils et un soutien par exemple auprès du conseil des réfugiés ou de Pro Asyl. Sur fluechtlingsrat.de, vous trouverez le conseil des réfugiés compétent pour vous. Vous pouvez contacter Pro Asyl à l'adresse e-mail beratung@proasyl.de en anglais et en allemand. Vous pouvez également chercher un centre de conseil près de chez vous sur proasyl.de ou sur notre moteur de recherche “Informations locales“.

Qui paie la thérapie ?

Cela dépend si vous êtes déjà membre d'une caisse d'assurance maladie ou pas encore :

Je suis membre régulier d'une caisse d'assurance maladie : en règle générale, votre assurance maladie paie également la thérapie. Si vous êtes membre d'une assurance maladie obligatoire, vous devez toutefois veiller à ce que votre thérapeute soit "agréé par l'assurance maladie". Pour pouvoir commencer une thérapie, un médecin ou un psychothérapeute doit d'abord établir ce que l'on appelle „Kassenzulassung“ (diagnostic de suspicion). Ce diagnostic est ensuite envoyé à votre caisse d'assurance maladie, qui vous donne ensuite son accord ou son refus pour la thérapie. Le mieux est d'en parler d'abord directement avec votre médecin de famille.

Je ne suis pas encore membre d'une caisse d'assurance maladie : si vous n'êtes pas membre d'une caisse d'assurance maladie, par exemple parce que votre procédure d'asile est en cours, vous pouvez demander la prise en charge des frais de thérapie auprès du service social. Faites-vous aider par les travailleurs sociaux de votre logement ou par un centre de conseil. Vous trouverez des conseils et un soutien par exemple auprès du conseil des réfugiés ou de Pro Asyl. Sur fluechtlingsrat.de, vous trouverez le conseil des réfugiés compétent pour vous. Vous pouvez contacter Pro Asyl à l'adresse e-mail beratung@proasyl.de en anglais et en allemand. Vous pouvez également chercher un centre de conseil près de chez vous sur proasyl.de ou sur notre moteur de recherche “Informations locales“.

Cependant, de nombreuses demandes auprès des services sociaux sont immédiatement rejetées parce que les autorités ne veulent pas payer les thérapies pour les personnes dont le statut de séjour est incertain. Si votre demande n'est pas immédiatement rejetée, une expertise et une évaluation sont effectuées par des médecins mandatés par les services sociaux. Ceux-ci décident alors si le service social doit payer les frais de votre thérapie.

Si votre demande a été refusée par les services sociaux : Pour les personnes dont la thérapie n'est pas payée par les services sociaux (Sozialamt), il existe des places de thérapie gratuites via des centres de traitement spéciaux pour les personnes ayant fui leur pays. Il est cependant très difficile d'obtenir une place dans l'un de ces centres de traitement, car ils ne sont pas nombreux. Vous trouverez les adresses de ces centres de traitement sur le site web de l'association fédérale des centres psychosociaux pour réfugiés et victimes de torture. Le site Internet est baff-zentren.org et est disponible en allemand et en anglais. Pour savoir dans quelle langue l'aide psychologique est donnée et s'il y a actuellement des places disponibles, vous devez vous renseigner directement auprès des différents centres.

Important

Demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse. Au contraire, c'est un signe de grandeur. Donc si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à le faire.

Partner-Logos FR

Un projet de :
Fondé par :